protocole-sanitaire-rentree-scolaire

Voici à quoi pourrait ressembler le protocole sanitaire pour la rentrée scolaire

protocole-sanitaire-rentree-scolaire

Le ministère de l’Éducation nationale a anticipé la rentrée scolaire et avec elle le protocole sanitaire qui devrait l’accompagner. Ce protocole prévoit trois niveaux de mesures qui s’activeront en fonction de la situation sanitaire.

 

« On a vraiment un protocole qui s’adapte à la situation deux ans après le début du Covid-19 », a salué mercredi sur franceinfo Guislaine David, co-secrétaire générale et porte-parole du syndicat d’enseignants SNUipp-FSU.

 

Les trois niveaux d’alerte pourront être déclenchés en fonction du nombre de nouveaux cas, la nature des variants, la tension hospitalière… Le grand changement est que les établissements scolaires auront un délai de dix jours pour mettre en œuvre le protocole associé au niveau d’alerte.

 

Ce délai est salué par Guislaine David : « C’est-à-dire qu’on ne pourra pas décider d’un niveau du protocole et le mettre en place le lendemain dans les écoles, on aura dix jours d’adaptation, ce qu’on a toujours demandé ».

 

Le détail des mesures en fonction des niveaux

 

Niveau 1 : La vigilance est modérée. Les gestes barrières devront être respectés et certains rassemblements pourront être limités.

 

Niveau 2 : La vigilance est renforcée. Il y aura une adaptation des cours d’EPS surtout pour la pratique sportive en intérieur et le brassage des élèves sera limité à la cantine pour les écoles primaires.

 

Niveau 3 : Le protocole est strict. La distanciation et le port du masque devraient être obligatoires. Il y aura aussi la possibilité pour le second degré (les lycéens) d’avoir certains cours en distanciel.

 

Pour la rentrée de septembre, le niveau sera annoncé vers la fin du mois d’août, mais selon certaines sources, le protocole devrait être celui du niveau 1.

 

Par ailleurs, les mesures qui vont s’appliquer dans les classes seront identiques à celles qu’il y aura dans la population générale. Par exemple, si le masque est recommandé en population générale, il ne sera pas obligatoire en classe. De plus, il semblerait que le « contact tracing˝ ne devrait plus être de rigueur. Le personnel ne serait alors plus obligé de déclarer lorsqu’un élève de sa classe est positif.



Call Now Button
Conformément à l'interdiction d'utilisation du graphène dans la fabrication des masques par la France et aux recommandations de l'Anses : nos masques FFP2 Made in France ne contiennent pas et n'ont jamais contenu de graphène
This is default text for notification bar