L’Anses préconise de ne pas utiliser les masques FFP2 contenant du graphène

Juste après le Canada, la France avait décidé de suspendre l’utilisation des masques FFP2 contenant du graphène. Cette interdiction était entrée en vigueur à la fin du mois de mai 2021.

Tout d’abord nos utilisateurs peuvent être rassurés car les masques FFP2 Auriol ne contiennent pas de graphène.

Depuis cette date, nous attendions les recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

C’est aujourd’hui, mardi 14 décembre, que l’Anses a jugé que l’utilisation de masques FFP2 contenant du graphène devait être évitée, car il n’y a pas assez de données concernant la toxicité de ce matériau.

« L’Anses recommande aux autorités publiques de privilégier la mise sur le marché ou la mise à disposition de masques sans graphène », indique l’agence dans un communiqué après une expertise demandée par la direction générale de la santé (qui dépend du ministère).

Un manque d’information sur les masques FFP2 au graphène de la part des fabricants

L’Anses juge « impossible d’évaluer le risque pour la santé ». Elle fait remarquer un « manque d’information sur le graphène utilisé par les fabricants et sur la toxicité de cette substance, en particulier à long terme ».

C’est notamment les fabricants chinois qui sont dans le viseur, comme Shandong Shengquan New Materials, qui avaient proposé très rapidement des masques contenant du graphène. Il y a eu rapidement des soupçons sur le fait que ces masques puissent provoquer des problèmes pulmonaires sur le long terme.

Un matériau utilisé principalement dans l’électronique

Le nanographène étant très léger et ultra résistant ainsi qu’un excellent conducteur a trouvé de nombreuses applications dans l’industrie, notamment l’électronique. 

De plus, il pourrait présenter des propriétés antivirales, ce qui a contribué à son utilisation dans la fabrication de masques.

Il y a donc un grand flou, tant dans l’efficacité de protection que sur la possible toxicité de ces masques. C’est pourquoi l’Anses a préféré recommander d’éviter leur utilisation.

 

Les masques chirurgicaux présentent des résultats rassurants

L’Anses, dans la même étude, a mis en évidence que si les masques chirurgicaux sont utilisés correctement.

« Les expositions aux substances chimiques retrouvées dans les masques ne dépassent pas les seuils sanitaires, aussi bien pour les adultes que pour les enfants ». Cela « garantit l’absence de risque pour la santé des populations, que ces substances soient inhalées ou en contact avec la peau »



Call Now Button
Conformément à l'interdiction d'utilisation du graphène dans la fabrication des masques par la France et aux recommandations de l'Anses : nos masques FFP2 Made in France ne contiennent pas et n'ont jamais contenu de graphène
This is default text for notification bar