Covid-19 : Le Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires vient de rendre son 1er avis

Le Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires (Covars) qui est le successeur du conseil scientifique vient de rendre son premier avis sur la gestion du Covid.

 

Même si la huitième vague semble refluer comme le montrent les chiffres proposés par Santé Publique France au 24/10/2022 avec 6 907 nouveaux cas confirmés en 24 heures et une baisse de -26,7 % sur les 7 derniers jours, le Covars a tenu à clarifier certains points dans la gestion de la crise et dans l’anticipation des prochaines.

 

Le Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires est composé de dix-neuf membres qui sont soit infectiologues, virologues, vétérinaires ou urgentistes et on retrouve à la tête de cet organisme l’immunologiste Brigitte Autran. L’enjeu de ce premier avis rendu est important, car il doit permettre de réduire l’impact du Covid et des infections durant la période hivernale tout en essayant de protéger le système de santé de possibles saturations.

 

Les points clés de l’avis du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires

 

Concernant le redémarrage épidémique depuis la mi-septembre que nous avons constaté en France et en Europe, le Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires explique que : « L’apparition de ces variants (BQ.1.1, BA.2.75.2 et XBB dérivés de BA.2) au cours de cette reprise épidémique accompagnée du remplacement des BA.5.2 jusqu’alors majoritaires pourrait renforcer l’intensité de la vague en cours et la prolonger si l’échappement immunitaire se confirmait. Il sera important de surveiller précocement la protection conférée par l’immunité collective, de favoriser l’utilisation des vaccins de nouvelle génération et des stratégies thérapeutiques ». Tout de même, « une légère décroissance ce qui pourrait être un signal précoce de ralentissement dans la dynamique de la vague actuelle ».

 

Pour ce qui est de la vaccination, le Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires insiste sur le fait de faciliter et d’accélérer la campagne de vaccination afin de protéger les personnes à risques et plus largement la population dans son ensemble.

 

Le système hospitalier qui se trouve actuellement dans une situation de « fragilité » doit être surveillé de près durant la période hivernale. « Ces épidémies accroissent fortement la tension des services spécialisés. L’impact de ces épidémies sur le système hospitalier est renforcé par la fragilité actuelle de l’hôpital : la Direction Générale de l’Offre des Soins estime que l’absentéisme hospitalier durant l’hiver 2021/2022 se situait entre 11 % et 16 % pour le personnel non médical (PNM) et anticipe le même niveau d’absentéisme cet hiver ».

 

Le port du masque plébiscité par le Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires

 

Pour les experts du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires « la communication doit être renforcée, incitative, simple, claire et répétée » concernant le port du masque

 

« Malgré les incertitudes qui restent importantes, les données de la littérature suggèrent que le port généralisé du masque dans la plupart des lieux publics avec une adhésion élevée pourrait permettre de réduire le nombre de reproductions R de l’ordre de 10 % voire 20 %. Lorsque la croissance de l’épidémie est rapide (ex. R=1,5-2), ce type de réduction de R pourrait être insuffisant pour stopper l’épidémie et faire passer R en dessous de 1 ».



Call Now Button
Conformément à l'interdiction d'utilisation du graphène dans la fabrication des masques par la France et aux recommandations de l'Anses : nos masques FFP2 Made in France ne contiennent pas et n'ont jamais contenu de graphène
This is default text for notification bar