AHG Medical va produire 30 millions de masques chirurgicaux par mois à Varilhes en Ariège.

Dans la commune de Varilhes, au sein de la région de l’Ariège, AHG médical, a fait l’acquisition de l’ancienne usine MKAD depuis le mois de février. AHG Medical est notamment spécialisée dans la production de masques FFP2, de masques chirurgicaux et se lance également dans la production de leurs propres matériaux filtrant.

L’entreprise MKAD très célèbre dans la région, pour la production de grandes pièces en titane dans le secteur de l’aéronautique, a été rachetée par AHG Medical, qui est une filiale des Ateliers de la Haute-Garonne. AHG médical a pour objectif depuis le mois de février, de produire un matériau primordial, utilisé dans la confection des masques FFP2 et chirurgicaux : ce matériau se nomme le Meltblown. Le meltblown produit dans l’usine ariégoise servira à la production de matériaux non-tissés au cœur des masques, ainsi que des masques chirurgicaux et FFP2 de la marque française Auriol Masques.

Stéphane Auriol, qui est l’un des quatre dirigeants du groupe AHG, une entreprise familiale centenaire, gère la transition avec ses trois frères et leur sœur. Ils vont notamment cohabiter avec l’entreprise MKAD jusqu’à la fin du mois de juin, afin de laisser le temps à l’ancien propriétaire de démonter ses machines. Stéphane Auriol a notamment déclaré : « nous aménagerons nos quarante lignes de production en juillet. ».

Ce qui veut dire que la famille Auriol espère pouvoir mettre le processus de production en route dès cet été, avec un objectif de production de trente millions de masques chirurgicaux par mois. AHG Médical a également l’ambition de produire cinq millions de FFP2 et 1.5 millions de mètres carrés de Meltblown par mois.

Le site de production a une superficie de 10 000 mètres carrés et l’activité à déjà démarré de leur première machine. La machine a été installée du mois de février jusqu’à mai et mesure près de 10 mètres de haut et occupe une surface de 560 mètres carrés. « C’est une usine à elle seule » comme aime l’équipe d’AHG Medical. Cette machine a pour objectif de produire le filtre des masques.

Le processus de production est le suivant : des granulés blancs sont aspirés avec de l’additif au sein du premier étage de la machine. Sois entre 50 et 100 kg par heure, pour être ensuite stockés dans un système de dosage, avant de procéder à un mélange. Une autre étape consistera à chauffer la matière pour ensuite la fondre via ce que l’on appelle un système d’extrusion, à hauteur de 260 degrés. La substance devient par la suite liquide comme de l’eau, alors qu’elle était initialement visqueuse. La substance se liquéfie à mesure que la pression augmente.

Sur un tapis marron, se forme un textile non tissé d’une longueur de 3,20 mètres, sous l’apparence de filaments. Par la suite, le textile non tissé est encore humide pour passer dans un four. La texture est chargée de manière électrique, afin d’augmenter la filtration du masque grâce à la charge électrique qui permet d’attirer davantage de particules du virus.

Par la suite, le textile est coupé en différentes parties par des couteaux rotatifs en différentes largeurs afin de pouvoir les organiser en rouleaux.


AHG Medical souhaite créer 50 postes, pour le moment une dizaine de postes ont été pourvu.
Parmi la dizaine de recrues, des anciens salariés de MKAD : « Nous avons commencé à recruter chez MKAD, note Stéphane Auriol. Certains ont accepté, d’autres n’ont pas voulu postuler. »
Le site de production entend embaucher prés de 40 personnes supplémentaire, notamment des opérateurs de production.



Call Now Button
Nos articles « masques chirurgicaux » sont conformes aux exigences du Règlement (UE) 2017/745 relatif aux dispositifs médicaux, applicable à partir du 26 Mai 2021 en remplacement de la Directive 93/42/CEE.
This is default text for notification bar